Pour un accès plus facile, les documents ont été classés en 6 sections. Cliquez sur les onglets pour voir les différentes listes.

Liste des :

 
 


Les articles parus dans la presse durant la carrière d'Arthur Grumiaux ont été ici classés dans 4 catégories: : musicalité, sonorité, virtuosité, et personnalité

Critiques : Sonorité

Il joint à la pureté du son, au mécanisme transcendant, une chaleur d'expression.
Hélène Jourdan-Morhange, Ce Soir.


Il n'est pas de ces exécutants qui communiquent immédiatement, de ceux qui s'imposent à peine ont-ils paru devant le public. Lui, il pénètre lentement dans l'âme par la beauté du son.
Tempo di Milano, Milan.


Une sonorité opulente, une des plus belles qui se puissent entendre.
Fornada, Valence.


Sonorité aristocratique.
De Volkskrant.


Une sonorité d'une beauté remarquable, parfaite et expressive sans s'approcher de la mièvrerie. Il possède ce sens subtil de la variation de couleur sonore et de poids à l'intérieur même de la phrase.
Minneapolis Morning Tribune.


Non seulement aucune note n'a été perdue, mais chaque note était d'or. Et la partie lente qui semble n'avoir pas été composée, mais recueillie par Mozart alors qu'elle tombait du ciel, M. Grumiaux l'a chantée comme un lied. Le son venait tout seul. Et - ô miracle - il était pur.
ZED, Les dernières Nouvelles d'Alsace.


Jamais sa sonorité ne nous a paru aussi enchanteresse (...) On n'entend jamais ici que les sons à l'état pur, à l'exclusion de tout son ou bruit parasite dû au côté matériel de l'exécution (...), La
Nouvelle Gazette, Liège.


La noblesse sans faille de sa sonorité... la sonorité noble, la densité vivace et extraordinairement diverse du son qui, dans l'extrême force ne paraît jamais forcé dans le forte et qui, dans le piano resta merveilleusement doux et efficace.
Fre., Lipper Rundschau.


Une sonorité flexible qui a le modelé de la parole.
M. Pincherie, Les Nouvelles Littéraires.


Une pureté de son flattant sans cesse l'oreille, une douceur d'archet des plus moelleuses même dans les "forte", un choix de nuances infini.
D.L., L'Avenir du Tournaisis.


La force du célèbre violoniste belge réside dans sa merveilleuse et grande sonorité.
Dr. R.H., Neue Rhein Zeitung.


Sa sonorité volumineuse et pleine de caractère, d'une grande beauté dans tous les registres, de la chanterelle à la corde de sol, qui sonnait comme un alto.
K.F., Berlingske Tidende.


Le violon chantait comme une voix humaine. Nous n'avions pour ainsi dire jamais entendu cette partie de solo comme cela !
W.W.Gg., Abendpost.


Avec une sonorité choisie, splendide et colorée.
H.S., Neuen Ruhrzeitung.


Avec cela une sonorité d'un si beau grain, chaleureuse sans débordement et ferme sans dureté.
P.M., La dernière Heure.


Il sait intelligemment régler les nombreux et subtils éclairages sonores qui donnent à son interprétation son caractère propre.
Dr.FSt, Wiesbaden Kurier.


Sa sonorité resplendissante fut porteuse d'émotions apparemment surnaturelles.
Bernard Geise, Het Vrije Volk.


Il mettait sa sonorité angélique au service de Brahms.
Clarendon, Le Figaro.


Ce qui caractérise spécialement Grumiaux, c'est sa sonorité extraordinaire pleine et ronde, qui se déploie sans défaillance grâce à sa brillante technique d'archer et à son merveilleux instrument.
EAK, Wolfsburger Allgemeine.


Un des tout grands parmi les virtuoses du violon de notre temps nous a montré, dans la noblesse de son jeu, à quel point la voix d'un simple violon peut être riche en nuances. Les qualités les plus marquantes d'Arthur Grumiaux sont bien la simplicité qu'il a su préserver malgré tout son tempérament musical, et l'extraordinaire éventail de couleurs sonores de son violon. Interprète génialement doué, il obtient de son instrument des timbres si chaleureux et pleins que souvent on croirait entendre un violoncelle ou un alto. Même dans les tessitures les plus élevées, le son reste beau et volumineux. Ajoutons qu'il maîtrise les difficultés techniques avec une virtuosité facile.
M.S., Fränkische Tagespost.


La sonorité de Grumiaux avait quelque chose de miraculeux. Il y parvenait grâce à un bras droit extrêmement détendu, laissant le simple poids du bras et de la main sur l'archet produire le son. L'archet était l'instrument de l'expression, absolument contrôlée et cependant complètement spontanée en apparence. La main gauche n'était pas négligée pour autant : il insistait sur une intonation parfaite et un vibrato expressif dont la vitesse et l'amplitude variaient selon la forme complète de la phrase.
Stephanie Chase, The Strad.


Surtout, il lui confère un relief, un caractère tout neufs par la splendeur lumineuse d'un son puissant, velouté, le plus "rond",le plus beau qui soit.
Sz, Le Journal et Indépendance.


Le "son" de Grumiaux reste inimitable : une rondeur, un grain, une chaleur qui ne s'évente même pas dans l'aigu (...).
F.L., Le Soir.


C'est un cadeau de Dieu. Que Bach ait pu écrire ses Sonates et Partitas, que Mozart ait pu composer ses Concertos, que Grumiaux ait pu les jouer comme il l'a fait, ce sont des preuves de l'existence de Dieu./Il avait le plus beau son de violon que j'aie jamais entendu. Beaucoup de violonistes ont de belles sonorités, mais chez lui c'était encore autre chose, un son joyeux, chantant, expressif, sensuel.
Vittorio Negri.


En l'écoutant jouer les concertos de Mozart, vous entendez jouer du Mozart et non pas Grumiaux jouant du Mozart... Il a produit le plus beau son jamais réalisé au violon. Tout ce qu'il jouait était imprégné par cette fascinante sonorité, attachante comme peuvent l'être un enfant, une fleur. Il atteignait les niveaux d'une force fondamentale : la tentation érotique pour les organisations vivantes, l'attraction de la vie, le désir de suivre et de rejoindre le beau et l'émouvant... Une attraction amicale, sensuelle, érotique... Une attraction sans laquelle il n'y aurait pas de vie.
Sir C. Davis.
1988.


Du miel et de l'or. C'est ainsi que Grumiaux définissait le son (idéal) du violon. La douceur du miel, l'éclat de l'or.
Eugène Traye.


Une remarquable variété de sonorités. Certains passages ont une qualité céleste, d'autres une chaleur opulente.
A. Robertson.


Arthur Grumiaux est un violoniste d'une sonorité invraisemblablement séduisante; aussi lisse que la peau intacte d'une pêche est la sensualité enchanteresse qui émane de sa qualité sonore.
Rutger Schoute.


Ce violoniste unit le maintien viril nécessaire pour Brahms à une rare souplesse de son, bien éloignée de toute mollesse. La sûreté d'intonation, le vibrato vivant, le naturel et l'ampleur de la sonorité, la magistrale conduite de l'archet concourent à un accomplissement qui ne peut que nous fasciner.
DHG, Ruhr Nachrichten.


On a assisté à une interprétation authentique, sans vanité, pleine de profondeur et de chaleur, d'où émanait la fascination qu'exerce une grande personnalité. Le jeu de Grumiaux est souvent in-orthodoxe, et sa sonorité marquante possède des nuances qu'on rencontre rarement sur la palette des violonistes modernes, comme ces passages cristallins dans le pianissimo qui, murmurés presque sans timbre, planent sans gravité dans l'espace.
EA., Der Kurier.


On connaît le talent si particulier d'Arthur Grumiaux, sa façon se remarquablement pure d'aborder la musique, sans mise en évidence personnelle, bien au contraire, avec des moyens techniques de grande envergure qui savent rester discrets et humbles; on connaît aussi cette sonorité très intérieure, secrètement sensible et qui se veut musique avant tout, ne faisant rien pour se faire remarquer, tout en pouvant rayonner avec une chaleur bienfaisante.
P.H., La Libre Belgique.