Arthur Grumiaux en répétition pour une soirée de gala de la Ligue Hébraïque, 1979.
©2002 - R. Kayaert / SOFAM - Belgique (détail)



Voir


La partie "hommages" de la section "documents".



La partie "témoignages" de la section "documents".


7. Epilogue


Des premiers incidents à la disparition du "Magicien"
Les 20 et 21, Gerecz, Lesueur, Szabo sont autour de lui pour un concert au cours duquel on entend Haydn et Schubert et aussi le Quintette avec clarinette de Mozart, avec Walter Boeykens. Mme Cheron note, non sans une angoisse légitime, que Grumiaux a des difficultés de lecture :

"Je remarque que Monsieur Grumiaux éprouve une certaine difficulté à lire sa partition (je suis placée au 2ème rang). Après le concert, je lui en parle. Il me dit: "Je ne sais pas ce qui se passe, depuis plusieurs jours, j'ai des problèmes de vision. Je vous regarde et je vous vois coupée en deux... Je vais consulter un ophtalmologue dès mon retour à Bruxelles."

En rentrant, il va à la clinique ophtalmologique de l'hôpital Brugmann. Il ne voit pratiquement plus rien de l'oeil gauche et son oeil droit le fatigue énormément. Il est manifeste que son diabète demande des mesures énergiques. Il sera mis sous cure d'insuline et on lui soigne les yeux au laser. S'il n'y a pas d'amélioration, il devrait se faire opérer et on lui conseille le docteur Michaels, à Baltimore. Comme il doit annuler des concerts, un journaliste annonce qu'il a dû subir une opération urgente... Heureusement, ces traitements sont efficaces et il y a une nette amélioration. Après un repos d'un bon mois, tout ira mieux, du moins l'espère-t-on. En fait, après une certaine amélioration, sa vue continue à se dégrader. Il fait une hémorragie vitréenne à l'oeil gauche. Cependant, il participera au festival de 1983 à Stavelot, après avoir donné ses cours à Namur, à moitié aveugle.

En 1985, Grumiaux participe pour la dernière fois au festival de Stavelot. Il y donne un récital avec la claveciniste Christiane Jaccottet et le concerto K. 207 avec l'orchestre de chambre polonais que dirige Jerzy Maksymiuk.

En 1986, il doit annuler ses cours à Namur et ses prestations à Stavelot. En effet, après un concert à Padoue le 26 mai et sa rentrée en Belgique, il doit être hospitalisé pour un infarctus du myocarde, sans gravité inquiétante. On le garde à l'hôpital une dizaine de jours et on lui interdit tout travail, au moins durant le mois d'août. Il annulera aussi le récital qu'il devait donner à Stresa, le 8 septembre. Personnellement, j'aurai l'occasion d'aller lui rendre visite avant de repartir pour Rome au tout début d'octobre. Sans le lui dire, je le trouve très fatigué et je me demande s'il pourra longtemps encore continuer une carrière aussi mouvementée que la sienne.

Dans la nuit du 15 au 16 octobre, il est transporté en clinique et les médecins ne réussissent pas à le sauver. Stavelot a perdu son Magicien.