Arthur Grumiaux a sept ans. Fleurus. ©2002 / SOFAM - Belgique (détail)



Voir

La partie "enfance" de la section Galerie.

Les deux vidéos de la partie "Vidéo" de la section Galerie.


1. La force attractive de la légende de l'enfant artiste


La tendance à "mythiser" Grumiaux dans son enfance n'est pas totalement absente des récits oraux d'admirateurs ou d'admiratrices de ses premières manifestations d'un don musical.

Grumiaux racontait lui-même "sa légende" non sans une petite pointe de fierté, dans une émission télévisée : "Présence d'Arthur Grumiaux", réalisée en 1972 par Jacques Gossens et Jean Germain.
"Je n'avais pas cinq ans, mon grand-père maternel donnait des leçons privées; et lorsqu'un jeune élève violoniste venait pour sa leçon, je m'arrangeais pour entrer derrière lui dans la pièce en catimini. Je me cachais sous l'escalier et j'avais trouvé deux bâtons à peu près d'égale longueur et je faisais comme tous les enfants peuvent faire, je faisais le geste de jouer du violon. Mais mon grand-père avait remarqué que, si c'était une ronde, je le gardais plus longtemps, une noire, j'allais plus vite, une double croche, encore plus vite, etc... Alors, il a pensé que j'avais un certain sens du rythme. Il a décidé de m'apprendre les notes. Je ne savais pas encore lire, bien sûr. Trois semaines plus tard, j'étais dans la cour de la maison, assis par terre, et les cloches de l'église sonnaient. Je dis à mon grand-père : "Est-ce que tu pourrais dire le nom des notes de ces cloches ?" - "Non, dit-il, et toi ?" - "Moi, oui, bien sûr!". Il est allé au piano, a joué les notes que j'avais dites et c'était exact. C'est de là qu'est venue l'idée de me faire apprendre le violon, puisque j'avais l'oreille absolue".

On verra bientôt que les talents précoces de Grumiaux ne pouvaient que provoquer la création ou la propagation rapide de légendes. Grumiaux lui-même ne dédaignait donc pas, nous l'avons vu, s'en entourer... sans trop y croire néanmoins, et il n'avait aucune prétention à devenir un personnage légendaire. Notons tout de même, en partageant sa fierté, qu'il garda toute sa vie le sens du "la" : il pouvait se passer du diapason en toute sécurité.